Posted in S01E01 : Pour les sérivores

The Alienist, une série entre Dickens et Jack l’éventreur

The Alienist, une série entre Dickens et Jack l’éventreur Posted on 11 février 2019Leave a comment

The Alienist, j’en ai entendu parlé dès sa sortie sur Canal +. Surtout grâce aux affiches étendues un peu partout à Strasbourg et dans les grandes villes lors de sa sortie. Ce qui m’a directement attirée : la présence de Daniel Brühl et Luke Evans, deux acteurs que j’apprécie énormément. Ensuite ? L’univers qui semblait assez sombre, proche à la fois de Dickens et de Jack l’éventreur. Pourtant, j’ai attendu un long moment avant de regarder la série. Pour tout dire, j’ai même fini par lire le livre avant de voir la série, du moins avant de la voir entièrement ! Et je ne suis pas sûre que c’était une excellente idée…

The Alienist, ça parle de quoi ?

Dans le New York de la fin du 19ème siècle sous la responsabilité du chef de police Theodore Roosevelt, le spécialiste des maladies mentales Laszlo Kreizler s’intéresse à un impitoyable tueur qui laisse derrière lui les corps mutilés d’enfants. Face à l’impassibilité des pouvoirs publics, Kreizler tente d’identifier le responsable de ces meurtres horribles, épaulé par l’illustrateur criminel John Moore et Sara Howard, la première femme à faire son entrée dans l’univers très masculin de la police.

The Alienist, une série assez décevante

En réalité, je n’arrive pas à savoir si je trouve la série plate après avoir lu le livre que l’on m’a conseillé (et offert par la même occasion), ou bien si la série est monotone sans avoir lu le livre. Bien que ça me fasse mal au cœur de l’admettre, je penche plutôt pour la seconde hypothèse. Pourquoi ? Simplement parce que, avant même de lire le livre, je me suis désintéressée de la série après le second épisode, n’étant déjà pas passionnée par les deux premiers.

Néanmoins, comme je l’ai dis précédemment, je dois dire que je suis étrangement triste d’avoir été déçue par cette série. J’ai beaucoup d’affection pour les deux acteurs principaux. Je trouve par ailleurs que Daniel Brühl n’apparaît pas assez à mon goût et, je suis toujours très heureuse de le retrouver dans un film ou une série suite à sa découverte dans Good Morning Berlin. Oui mais voilà, malgré des acteurs que j’apprécie tout particulièrement, je n’ai pas été plus enchantée que ça par The Alienist.

La série avait pourtant tout pour me plaire : une histoire passionnante, des acteurs sélectionnés avec goût et surtout une époque et un univers qui collent parfaitement au scénario mis en place. Malheureusement, ça ne prend pas vraiment.

Copyright TNT

Un élément manquant

Je ne saurais dire ce qui me dérange le plus : le manque de tension, le scénario ou un autre élément ? En effet, alors que je regardais les épisodes, je ne me sentais pas vraiment happée par l’histoire. C’est bien dommage. The Alienist, c’est exactement le type de scénario qui, normalement, ne doit pas vous laisser partir.

Vous savez, celui qui appelle sans arrêt à appuyer sur play, même s’il est 1h du matin et que vous avez une réunion le lendemain. Oui mais voilà, comme je vous l’ai dit, ce n’est pas ce qui se passe. Au contraire, l’ambiance à tendance à nous laisser de côté.

Ce qui est bien dommage, c’est que mis à part les personnages au centre de l’intrigue, j’ai eu du mal à mettre un nom sur un visage. C’est un peu le problème de Game Of Thrones : vous savez que vous avez déjà vu cette personne ou que vous êtes censé la connaître mais impossible de remettre qui elle est ou son rôle dans l’histoire. Encore une fois, c’est dommage parce que ces protagonistes dont on ne se souvient qu’à moitié restent essentiels à l’intrigue et nous empêchent, encore une fois, de rentrer totalement dans l’histoire.

The Alienist a tout de même de nombreux aspects positifs !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la réalisation est rondement menée. L’univers correspond tout à fait à ce que l’on s’imagine de cette période. Les couleurs, les éléments de décors, on découvre un univers sombre et parfois proche de Dickens. Une sorte de saleté plane tout au long des épisodes.

C’est assez drôle, la série a choisi (délibérément je suppose), de mettre davantage en avant les sentiments et les liens entre les personnes de l’équipe. Créant des situations gênantes ou de tension qui semblent davantage banales dans le livre. Liens entre eux, introspections… ces éléments ont été plus appropriés par la série que par le livre. Et c’est une bonne chose ! Les liens entre les personnages n’en sont que plus intéressants même si, parfois, ils tournent peut être légèrement dans un aspect caricatural.

Ce qui est également très intéressant, c’est la place du meurtrier. Il semble prendre une place physique très importante dans la série assez rapidement. Cette présence entraîne une tension palpable et très plaisante dans ce type de série.

Copyright TNT

Quoi qu’il arrive, je vous conseille de ne pas regarder cette série si vous n’avez pas le cœur bien accroché ou si vous n’aimez ni les séries policières ni les séries dites d’époque. Pour autant, je vous recommande vivement de lire le livre qui est une très belle découverte. Et si vous vous sentez davantage l’âme d’un sérivore que d’un dévoreur de livre, n’hésitez pas à vous faire votre propre idée de The Alienist qui reste une belle série à regarder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *