picnic at hanging rock
S01E01 : Pour les sérivores

Picnic at Hanging Rock, une série très poétique

Enfin est arrivé le temps de vous parler d’une des séries que j’ai regardé cet été : la série Picnic at Hanging Rock. A vrai dire, j’ai mis pas mal de temps à vous écrire cet article parce que je ne savais pas vraiment quoi vous dire. Mon ressenti est assez partagé et je vous dis pourquoi sans attendre.

 

Tout d’abord, que raconte la série Picnic at Hanging Rock ?

Résumé de Picnic at Hanging Rock

La vie d’un pensionnat est perturbée par la disparition mystérieuse de trois internes et de leur gouvernante lors d’un pique-nique le jour de la Saint Valentin en 1900…

 

Une esthétique très poétique

Si vous aimez les séries très esthétiques, soignées, cette série est faite pour vous. En effet, j’ai trouvé que toutes les scènes étaient étudiées avec beaucoup de soin. Les couleurs amènent à la réflexion, à l’évasion. Que ce soit les plans, le décor ou les costumes, tout est fait pour vous faire littéralement planer. En regardant Picnic at Hanging Rock, on ne sait plus vraiment où l’on se trouve. Plus important encore, on n’arrive plus à discerner la réalité du rêve ou des croyances.

Picnic at hanging grove Natalie Dormer

Une histoire qui ne m’a pas trouvée

Malheureusement je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire en générale. Le synopsis m’a plu, beaucoup. Certaines idées qui y sont développées m’ont également beaucoup attirées. On retrouve dans Picnic at Hanging Rock des notions de liberté, de volonté de réussir, de s’en sortir mais aussi des limites et des contraintes que l’on s’impose ou qui étaient imposées par la société de l’époque envers les femmes. On y retrouve également des notions de folie par petite touche ou encore de dévotion. Bref, ce mélange est très sympa et aurait pu donner une série très bien ficelée.

Cependant voilà, comme je vous l’ai dit précédemment, la série comporte une bonne dose de poésie. Malheureusement pour moi, elle prend le pas sur l’histoire et j’ai eu vraiment du mal à suivre le fil conducteur. Me perdant dans leur douce folie.

Hanging Rock saison 1

Un très beau jeu d’acteur

Je dois cependant reconnaître que le jeu d’acteur à couper le souffle. Natalie Dormer est, comme je l’imaginais, parfaite dans son rôle. J’ai appris récemment à aimer cette actrice que j’ai pendant longtemps, eu du mal à voir. Le scénario m’a laissée de marbre. Cependant, les acteurs m’ont tous conquise, tous. Pour autant, la majorité des personnages m’ont horripilée. Les caractères de leurs personnages sont loin de ce qui peut m’attirer mais j’ai tout de même aimer les détester. Principalement le personnage de Miranda Reid qui m’a vraiment énervée. Dommage, c’est le personnage principal après Hester Appleyard.

 

Je pense que le mot qui résumerait le mieux cette série selon moi est : la folie. Folie douce, folie amoureuse, folie religieuse ou folie meurtrière, tout y est représenté. A mon goût un peu trop présent au dépit de l’histoire que l’on suit avec un peu plus de mal. Si vous privilégiez l’esthétisme au scénario, je vous recommande cette série les yeux fermées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *