nostalgie de fin de saison
S04E02 : Real Fan

Et si on se la jouait nostalgique ?

Vous la connaissez ? Cette sensation assez étrange qui, en tant que sérivore, vous dévore une fois que vous avez fini une série que vous adorez ? Aujourd’hui sur le blog je ne vais pas parler série. Enfin pas vraiment. Je vais plutôt vous parler de ce phénomène, cette nostalgie qui nous emporte à chaque fin de saison.

 

La nostalgie des séries, un véritable phénomène ?

C’est un peu comme lorsqu’on finit une année, ou des vacances. On oublie très rapidement les mauvais côtés pour ne se souvenir que des bons. A l’heure à laquelle j’écris ces lignes, je viens de finir deux saisons de séries que j’apprécie vraiment beaucoup : la saison 5 de The 100 (non s’en m’être auparavant fait spoiler la fin) et la saison 2 de The Bold Type. Alors, peut-être est-ce l’été, la chaleur, la fin de semaine, mais ces fins de saisons m’ont beaucoup marquée. Je ressens, étrangement, une sorte de tristesse. Je dois attendre un an avant de savoir ce que sont devenus ces personnages que j’adore. Ces personnages auxquels je me suis attachée et que je prenais plaisir à retrouver chaque semaine.

Pourtant, pour ma part, j’ai trouvé la saison 5 de The 100 en dessous de mes attentes. En revanche ce final était, comme à leur habitude : une tuerie. Et j’ai, en 40 minutes, totalement oublié ce qui a fait que cette saison était pour moi moins bonne que les deux premières.

 

docteur who pluie

Comme un au-revoir…

Je ne fais que rarement, ok jamais, de billets que l’on peut classer comme des billets “humeurs”. Pour le coup, je me suis dit que ce que je ressentais à cet instant était en lien avec les séries. Dans le fond, je ne dois pas être la seule à ressentir ce sentiment. Finir une saison, c’est un peu comme finir un livre qui nous a tenu en haleine ou une série de film. On dit au revoir, temporairement ou non, à des personnages auxquels nous nous sommes attachés. Que l’on aimait retrouver toutes les semaines. Parfois, nous savons que nous allons les revoir et parfois c’est la fin parce que l’on apprend que cette série ne sera pas renouvelée. Et là, c’est la catastrophe (oui, il y a de gros problèmes dans nos vies de sérivores).

C’est à ce moment là que l’on se rend compte que certains scénaristes jouent aussi beaucoup avec nos nerfs. Et donc que, paradoxalement, ils peuvent mieux faire. Si je prends exemple sur cette saison de The 100 : je me suis un peu ennuyée. Je n’ai pas réussi à retrouver tous mes personnages. J’en étais presque venue à me dire que ce serait ma dernière saison. Et pour me faire lâcher Bellamy croyez-moi, il faut être motivé. Pour autant, il n’y a pas une seconde de ce dernier épisode que je n’ai pas aimé. Et lorsque le générique de fin est apparu, j’ai été prise de ce fameux effet de nostalgie : Je dois vraiment attendre un an avant de les revoir et savoir ce qui va leur arriver ?

fin de série

Une sensation qui peut nous aider à choisir nos séries

On est d’accord, cette sensation ne vient pas pour chaque série. Elle arrive majoritairement pour les séries que l’on adore, pour nos coups de cœur. C’est plutôt étrange de voir à quel point on peut s’attacher à des personnages. Il n’y a qu’à voir le tumulte que certaines fins de séries provoquent. Comme par exemple la fin de Sense 8 ou encore de Lucifer qui ont réussi à être développé d’une façon ou d’une autre malgré leur fin annoncée.

Je pense en réalité que c’est à ce moment là que l’on se rend compte si une série nous a vraiment plu ou non. Si vous ne ressentez pas cette tristesse, même infime, à la fin de votre saison un conseil : oubliez cette série et passez à une autre qui vous fera davantage vibrer. Qui vous touchera davantage et saura vous parler. Il y a tellement de séries qui sont produites et diffusées. Et croyez-moi, ressentir cette nostalgie, se raccrocher encore quelques secondes à un univers vous fera davantage apprécier votre série qu’une binge watching qui ne vous fera que perdre votre temps.

 

Une nostalgie parfois utilisée à mauvais escient

Je pense également que cette nostalgie est à la base de certains reboot que l’on voit en ce moment. Alors qu’il existe de multiple possibilités, pourquoi faire renaître des séries ? A l’instar de Buffy, Charmed, Roswell, 90210, les scénaristes jouent sur cette nostalgie et cet attachement envers nos personnages préférés. Ils en jouent pour développer des spin off, des reboots qui ne sont, souvent, pas à la hauteur de nos espérances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *