mémoires de jeunesse netflix
S01E04 : Les coups de coeur

Pourquoi Mémoires de Jeunesse m’a t il autant marqué ?

Alors que je faisais un stage il y a quelques années dans un cinéma, j’ai découvert en avant-première le film Mémoires de jeunesse de James Kent. Je l’avoue, ce fut le coup de cœur immédiat. Les acteurs, la réalisation mais surtout l’histoire m’ont touché. Alors oui, dès que je vois la mention “inspiré d’une histoire vraie” ou une mention similaire je fonds, d’autant plus lorsque l’histoire est touchante ou profondément dramatique. L’histoire se passant durant la première guerre mondiale, je pense que ce n’est un secret pour personne si je vous apprends en amont que l’histoire n’est pas idyllique. La boucherie qu’a été cette guerre n’annonce pas une histoire heureuse pour notre héroïne.

Attention, je préfère vous prévenir, si vous détestez les spoilers ou que vous souhaitez ne rien savoir d’un film avant de le voir, je conseille de ne pas lire cet article qui risquerait de vous en dire beaucoup trop.

Résumé de Mémoires de Jeunesse

Printemps 1914. Jeune femme féministe à l’esprit frondeur, Vera Brittain est résolue à passer les examens d’admission à Oxford, malgré l’hostilité de ses parents particulièrement conservateurs. Décidée à devenir écrivain, elle est encouragée et soutenue par son frère et sa bande d’amis – et notamment par le brillant Roland Leighton dont elle s’éprend. Mais les rêves de Vera se brisent au moment où l’Angleterre entre en guerre et où tous les jeunes hommes s’engagent dans l’armée. Elle renonce alors à écrire pour devenir infirmière. Tandis que la jeune femme se rapproche de plus en plus du front, elle assiste avec désespoir à l’effondrement de son monde.

 

Vera Brittain, une héroïne du début de siècle

Pour moi Vera Brittain est ce que l’on peut appeler une héroïne des temps modernes. Alors qu’elle était acceptée dans une prestigieuse université (chose rare à l’époque pour une femme), elle décide de la quitter pour participer à la guerre en tant qu’infirmière. Durant toute sa jeunesse elle s’est battue. Que ce soit pour que son père accepte qu’elle aille à Oxford, pour qu’elle y soit prise au sérieux une fois acceptée, pour qu’elle soit prise a sérieux en tant qu’infirmière de guerre ou bien sa plus grande bataille : celle en faveur de la paix, Vera Brittain est une femme qui s’est battue pour ce qu’elle voulait. Comme tous les films, je pense que Mémoires de Jeunesse a pris de grandes libertés concernant sa véritable biographe. Il n’en reste cependant pas moins intéressant.

mémoires de jeunesse netflix

Un film qui avance crescendo

Ce qui est intéressant dans ce film, c’est que l’on monte gentiment en puissance. Durant toute la première partie du film, qui se situe avant la guerre, l’ambiance est plutôt lente, presque contemplative. Puis, on plonge dans la guerre, l’incertitude, l’attente, l’horrible sentiment d’impuissance que certaines femmes ont du ressentir en voyant leurs hommes partir à la guerre. On passe ensuite dans une phase d’action, de désir d’agir pour faire bouger les choses avant d’entrer doucement dans une sorte de réflexion sur la guerre et la haine humaine qui en résulte.

Des rôles féminins qui détonnent…

Comme je vous le disais, ce film ne manque pas d’atouts. Les acteurs sont tous vraiment bons et jouent parfaitement bien. J’avoue adorer particulièrement l’actrice principale Alicia Vinkander qui, je trouve, interprète Vera Brittain avec brio. C’est un des seuls personnages féminins (du moins au premier plan), elle a donc un rôle prenant. Cependant, les rôles féminins secondaires ne sont pas inintéressant. Je pense notamment à Miranda Richardson qui joue une professeur d’Oxford sèche qui inspire le respect. On sent qu’elle fait reposer sur ses épaules des années de misogynie. Le personnage de Winifred, interprété par Alexandra Roach, n’est pas non plus en reste. Alors que Vera s’effondre suite à toutes les épreuves traversées, elle reste joviale malgré les épreuves qu’elle-même à traversé. Elle apporte clairement au film une touche de joie de vivre qui fait du bien, surtout à ce moment là.

kit harington

…et des personnages masculins qui ne sont pas en reste

Les personnages masculins ne sont pas en reste. Alors oui, on y retrouve Kit Harington qui joue un Roland Leighton parfait. Attention les filles, si vous voulez retrouver un Jon Snow sexy, il n’est pas dans Mémoires de jeunesse.

Pour ma part, bien que j’adore son jeu et son rôle, ce n’est pas celui qui m’a le plus marqué. Pour ma part, j’ai littéralement craqué sur Taron Egerton. Il eu ce rôle avant d’incarner Eggsy dans Kingsman. Dans Mémoires de jeunesse, il interprète le frère de Vera. Il apporte dans ce film une fraîcheur et une bouffée d’air frai tout au long du film, même dans les heures les plus sombres. Je pense que beaucoup d’entre-nous auraient aimé avoir un frère comme Ted Brittain. Moi qui ai connu Colin Morgan (Victor) dans la série britannique Merlin, ce fut également un plaisir de le retrouver dans ce film qui m’a tant touchée.

taron Egerton

Bref vous l’aurez compris, Mémoires de jeunesses et pour moi un véritable coup de cœur. Si vous aimez les films britanniques, historiques ou tout simplement les films touchants, je vous le conseille grandement. Autant vous dire que lorsque j’ai vu que Netflix venait de l’ajouter, je n’ai pas mis longtemps avant de le revoir en HD ! Si vous souhaitez également poursuivre l’histoire de Vera Brittain, sachez qu’elle est devenue écrivain et que vous pouvez retrouver ses œuvres en fouillant bien sur Amazon. Vous pourrez par exemple retrouver les poèmes échangés entre Vera et Roland.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *